AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le féminisme, le mot qui fait peur

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Plumy
Otaking
Otaking
avatar

Messages : 1364
Date d'inscription : 05/10/2010
Localisation : Endsville
Materiel de dessin préféré : Encres et aquarelle.

MessageSujet: Le féminisme, le mot qui fait peur   Mer 23 Mai - 9:17

Ou le mot transformé en insulte, au choix (D'ailleurs rien ne me chagrine plus que les filles qui disent "Je suis pas féministe, mais..." )

Il y a beaucoup à dire sur le féminisme, ne serait-ce que pour sa définition. Pour moi, prôner le féminisme, c'est prôner l'égalité entre hommes et femmes. C'est permettre aux femmes d'avoir les mêmes droits que les hommes... Mais aussi aux hommes d'avoir les mêmes droits que les femmes. Un homme à le droit de pleurer, un homme à le droit d'être sensible, de faire un métier artistique, sans être traité de "tapette". C'est ça pour moi le féminisme. C'est une nécessite de prise de conscience dans les 2 "camps". Chacun doit se rendre compte des enclaves sociales qu'ils subissent et qui les restreignent.

C'était ma ptite définition / intro vite fait. Tout ça pour poster 2 vidéo très intéressantes sur la nouvelle collection de jouets "lego" "pour filles" :





Ca fait environ 20 mn en tous, si vous êtes feignasse vous pouvez sauter la première qui énonce des évidences (Du lego pour filles, mais quelle connerie) pour surtout écouter la 2eme qui parle de choses très intéressantes : Comment lego à changé son marketing, d'abord unisexe, pour passer à un marketing exclusivement concentré sur les garçons dans les années 80, et des comparaisons des valeurs transmises dans les vieilles publicités qui manquent dans les pubs pour filles et celles pour garçons. Le tout agrémente de nombreuses publicités à travers les années, c'est très instructif et intéressant.

(Y'a des sous titres français, et moi j'ai maté toute la vidéo en anglais comme une idiote. Bah ça m'aura fait bosser mon anglais v_v;; =

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://about.me/little_yokai
Solkee
Ebi-chan
avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 05/10/2010
Materiel de dessin préféré : ctrl + z

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Mer 23 Mai - 10:09

J'avais vu cette video (il y a deux topics féministes sur MC assez actifs, dont un sur la sexualisation des objets et des jouets en particulier, elle y avait été postée), de façon générale je les trouve bien ces videos, elles sont claires, bien documentées, et pédagogiques (en plus d'être parfois drôles sur la forme, même si le fond donne rarement envie de rire.)

C'est vrai que le mot féminisme est dévoyé et rarement utilisé à bon escient. Il y a les gens qui s'en défendent de peur d'être catalogués, façon "je ne suis pas féministe mais"+ discours résolument féministe, juste pas assumé ; mais tu as aussi, plus rare mais presque aussi énervant, "je suis plutôt féministe mais" + discours bien rétrograde, patriarcal à souhait, qui montre qu'en fait tu l'es pas du tout...
Le must étant quand même : "je ne suis pas féministe moi, j'aime les hommes !" Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laquarium.forumactif.com
Plumy
Otaking
Otaking
avatar

Messages : 1364
Date d'inscription : 05/10/2010
Localisation : Endsville
Materiel de dessin préféré : Encres et aquarelle.

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Mer 23 Mai - 10:21

Ben pour beaucoup le féminisme = "Ne pas aimer les hommes et les voir inférieurs aux femmes". Mais c'est vrai que du coup le terme "féminisme" en fait convient pas, ça devrait plutôt être genre, "humaniste" ? Sauf qu'il me semble que ce terme sous tend beaucoup de choses que je connais pas donc je vais éviter de l'utiliser :fierte: Dommage je l'aime bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://about.me/little_yokai
Solkee
Ebi-chan
avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 05/10/2010
Materiel de dessin préféré : ctrl + z

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Mer 23 Mai - 11:31

Non, je trouve que le mot féminisme est légitime, parce que les inégalités de genre s'appliquent encore majoritairement au détriment des femmes.
En aspirant à l'équité entre les genres, de facto le féminisme promeut les droits de tous, mais au départ il s'agit quand même de lutter contre les discriminations, pressions et violences dont sont spécifiquement victimes les femmes parce qu'elles sont des femmes.
Ce n'est pas pour autant un combat contre les hommes ou visant la suprématie féminine, mais pour l'égalité (et il y a presque autant de femmes à convaincre que d'hommes, pour le coup.)

Au passage le "masculinisme" existe aussi et là en revanche on n'est pas vraiment dans l'antisexisme, d'ailleurs si c'était le cas leur cause devrait se superposer à celle des féministes or ce n'est le cas que sur quelques points : au contraire bien souvent il est reproché aux thèses féministes d'aller 'trop loin' ...comme si on pouvait être trop égal, avoir trop les mêmes droits et être trop respecté en tant que personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laquarium.forumactif.com
angeloluha
Requin marteau
avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 36
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Mer 23 Mai - 17:47

Je ne pense pas que "le féminisme qui va trop loin" soit une question de trop d'égalité (ce qui serait absurde)
ce qui va trop loin c'est qu'hélas certaines prétendues féministes gachent toute l'essence du combat féministe par une rage visible envers les hommes , et par des pseudos combats sur des sujets plutôt inutiles (alors que bon sang il reste assez de vrais combats à mener pour l'égalité, sur des choses graves et essentielles!) Arrow
En gros le vrai problème ça reste que quand on dit "féminisme" on pense surtout à celles qui prônent la suprématie féminine ou qui vont te trouver des explications tordues à monter en épingle pour trouver que des choses complètement anodines (et pas discriminatoires jusqu'à ce qu'on sur-interprète) sont "anti-féministes" .

Finalement comme tu dis Plumy, on devrait trouver un mot qui définit l'égalité entre tout le monde , plutôt que "féminisme" qui finalement est complètement discriminatoire en lui même, ce qui est quand même un comble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pacotine.net
Solkee
Ebi-chan
avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 05/10/2010
Materiel de dessin préféré : ctrl + z

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Jeu 24 Mai - 4:48

Citation :
Je ne pense pas que "le féminisme qui va trop loin" soit une question de trop d'égalité (ce qui serait absurde)

Détrompe-toi, c'est la crainte affichée de nombreux anti-féministes (genre Zemmour & co.) Pour eux les femmes et les hommes sont par essence destinés à des rôles différents et complémentaires, ce qui justifie une hiérarchie vue comme naturelle. Ils confondent (volontairement et à des fins idéologiques, à moins d'être complètement stupides...) égalité et identité, et sont terrorisés par la perspective d'une société où les gens seraient "tous pareils", auraient le même statut, les mêmes prérogatives. Pour eux c'est très clair, les féministes demandent TROP d'égalité et la plupart trouvent d'ailleurs que la société est déjà allée trop loin sur la place des femmes Arrow...

Citation :
Finalement comme tu dis Plumy, on devrait trouver un mot qui définit l'égalité entre tout le monde , plutôt que "féminisme" qui finalement est complètement discriminatoire en lui même, ce qui est quand même un comble.

Je comprends ce que vous voulez dire car c'est aussi longtemps ce que je me suis dit, mais je ne suis plus de cet avis. Le féminisme tend à l'égalité certes, mais part du constat que la situation est déséquilibrée en défaveur des femmes. Abandonner le terme de féminisme pour un terme neutre, c'est passer sous silence le fait que les discriminations de genre concernent majoritairement les femmes (même si ça rejaillit largement sur tout le monde, y compris les hommes hétéros).

C'est un choix assumé que de se concentrer sur un pan particulier de toutes les discriminations existant dans la société, celles faites aux femmes. Ce n'est pas parce que le terme n'englobe pas toute l'humanité que ce choix est discriminatoire en soi. De même que quand une assoce déclare lutter contre l'antisémitisme ou contre l'homophobie et l'affiche dans son nom, je ne crois pas qu'on puisse l'interpréter comme une discrimination vis-à-vis des autres religions ou des hétéros. Elles pourraient certes militer pour la tolérance en général, ce qui serait tout aussi louable et reviendrait au même niveau objectif poursuivi, mais ça diluerait le message, et le fait que ces groupes en particulier subissent l'intolérance ne serait plus clairement identifié.

Et je ne veux pas non plus renier le terme de féminisme parce que certains mouvements mèneraient des combats débiles ou considérés comme tels par d'autres.
D'une part parce que je ne veux pas laisser ce terme entre les pattes des quelques illuminés qui en font, volontairement ou non, un terme péjoratif et qui répandent de l'intox sur ce qu'il recouvre.
D'autre part parce que le féminisme ne peut pas se réduire, ni être représenté, par quelques extrémistes... ou non-extrémistes - puisque paradoxalement on reproche dans le même temps au féminisme d'être trop radical et d'aller trop loin, ET de ne pas être assez efficace ou de se concentrer sur des choses futiles donc de ne pas aller assez loin - pour la bonne raison qu'il n'existe pas de discours féministe unique.

Il y a une cause globale (parvenir à une équité entre les genres en luttant pour la cause des femmes) mais les solutions proposées, les priorités, les choses tolérables ou pas, souhaitables ou non, peuvent varier et même être diamétralement opposées d'un courant à l'autre.

C'est d'ailleurs une chose qui est couramment reproché au féminisme par ses détracteurs : "ah ces bonnes femmes, même pas foutues de se mettre d'accord entre elles".
En oubliant au passage que c'est quelque chose qu'on n'a jamais attendu des hommes et des autres courants politiques pour les prendre au sérieux.
Être féministe pour moi (et ça n'engage que moi) c'est une déclaration transversale du même niveau que de se dire "de gauche" ou "de droite" ou "écolo" : c'est adhérer à certaines valeurs, à une certaine vision de la société, à une certaine politique. Mais au sein de la gauche par exemple, il y a de grosses divergences entre le socialisme, la gauche-centriste, Lutte Ouvrière, NPA, FDG etc. De même parmi les écolos t'en as pour dire que le nucléaire est la seule solution pour contrer l'effet de serre et d'autres pour dire qu'il faut absolument sortir du nucléaire. Pour autant les notions "de gauche" "de droite" ou "écolo" ne sont pas menacées par cette diversité de points de vue : on accepte qu'une thèse commune de base puisse être déclinée de façons différentes.

A cette difficulté (obligation d'être toutes d'accord sur tout pour être considérées légitimes) il faut ajouter l'écueil fondamental qui est que les femmes ne constituent ni une vraie classe sociale ni une vraie minorité. Leurs problèmes sont très différents selon les classes sociales et les minorités dont elles font partie par ailleurs. Il est je pense impossible de parler d'une seule voix pour toutes les femmes.

Il arrive donc que des choses qu'on considère futiles à titre personnel soient importantes pour d'autres, et d'après moi ces apparentes contradictions n'invalident pas pour autant le féminisme en tant que cause générale.

Voilà... Veuillez accepter Mesdames Messieurs l'expression de mon blabla interminable ( = désolée pour le pavé XD j'aime bien discuter là-dessus.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laquarium.forumactif.com
Plumy
Otaking
Otaking
avatar

Messages : 1364
Date d'inscription : 05/10/2010
Localisation : Endsville
Materiel de dessin préféré : Encres et aquarelle.

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Jeu 24 Mai - 6:41

Citation :
désolée pour le pavé XD j'aime bien discuter là-dessus

Et moi j'adore lire tes pavés Love Tu t'exprime trop bien et tu explique drôlement bien ton point de vue.

Citation :
il s'agit quand même de lutter contre les discriminations, pressions et
violences dont sont spécifiquement victimes les femmes parce qu'elles
sont des femmes.

Oui, je vois ce que tu veux dire... Même si je trouve que les hommes subissent pas mal de dégâts "collatéraux" suite à cette situation.

- Les filles ça aime la mode et se chouchouter ? > Un garçon qui fait attention à son apparence se fait direct traiter de pd (encore un autre problème soit dit en passant). Les filles peuvent mettre des jupes, des pantalon, avoir un look "girly" ou "garçonne", bref toute une panoplie, les garçons eux, doivent être "viril et se ficher de leur look" (Même si la tendance métrosexuel commence à changer ça).
- Les filles ça peut perdre son temps dans les trucs futiles, mais un mec ça doit trouver un vrai métier d'homme > Tous ces mecs qui voudraient faire des boulots plus "superficiels" comme je sais pas moi, poseurs de faux ongles ( ;b ) ils peuvent pas, ou alors ils sont gays. D'ailleurs les hommes coiffeurs sont tous gays, c'est bien connu (et paradoxalement les "grands" nom de la couture, de la coiffure et de la cuisine, ce sont des hommes. Je lol. )
Anecdote : Une collègue infirmière qui ralait sur un infirmier et avait dit "S'il voulait pas être entourée de filles, il avait qu'à pas faire un métier de fille". J'ai failli la tuer ce jour la.
- Les filles sont faites pour tenir la maison > Les mecs ne sont pas censés tenir une maison. Du coup ils savent rien faire tout seul parce que forcement, quand t'as jamais fait, ben tu sais pas faire. Et ceux qui apprennent à se débrouiller sont les célibataires. Au final avec cet espèce de schéma à la con, les mecs sont infantilisés au possible.
-La femme au foyer, l'homme au travail > Un mec qui veut s'occuper de ses gosses, ben ça sera super mal vu. Vous voyez souvent des pères seuls avec un enfant au bras / à la poussette ? Bah pourtant ils voudraient bien, si on leur laissait le loisir d'exprimer leur désir je pense (ou leur non désir, mais ça aussi c'est encore autre chose). Perso je ne veux pas d'enfant, mais je trouve très triste les gens qui en veulent / ont un besoin de maternité et ne peuvent pas le contenter =/

En fait j'ai tendance à penser que les mecs subissent des choses dont ils n'ont pas forcement conscience parce qu'elles ne leur font pas "vraiment mal" alors que c'est plus violent pour les filles, mais c'est au final les 2 facettes d'une même pièce.

Mais j'ai aussi surement tendance à présenter les choses de cette manière parce que l'on vit dans une société patriarcale ou la femme est bien vite "hystérique" dès qu'elle veut appuyer une opinion =/

(Et j'ai envie de quoter et commenter tous les paragraphes de ton texte tellement je le trouve pertinents, ah ah)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://about.me/little_yokai
JackPot
Requin marteau
avatar

Messages : 511
Date d'inscription : 23/10/2010
Age : 34
Localisation : casino de Vincennes
Materiel de dessin préféré : col-erase et photoshop

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Jeu 24 Mai - 9:32

100% d'accord avec Solkee. Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jackpotblogounet.blogspot.com
angeloluha
Requin marteau
avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 36
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Jeu 24 Mai - 20:32

Solkee a écrit:
Citation :
Je ne pense pas que "le féminisme qui va trop loin" soit une question de trop d'égalité (ce qui serait absurde)

Détrompe-toi, c'est la crainte affichée de nombreux anti-féministes (genre Zemmour & co.) Pour eux les femmes et les hommes sont par essence destinés à des rôles différents et complémentaires, ce qui justifie une hiérarchie vue comme naturelle. Ils confondent (volontairement et à des fins idéologiques, à moins d'être complètement stupides...) égalité et identité, et sont terrorisés par la perspective d'une société où les gens seraient "tous pareils", auraient le même statut, les mêmes prérogatives. Pour eux c'est très clair, les féministes demandent TROP d'égalité et la plupart trouvent d'ailleurs que la société est déjà allée trop loin sur la place des femmes ...

Pour pinailler un peu sur les mots , ça ne reste pas à mon sens un problème de "trop d'égalité" . Ce genre de connard rétrograde pense simplement qu'elle n'existe pas et que l'égalité cherchée par les féministes est simplement inexistante et/ou artificielle. C'est finalement plus une question de qualité que de quantité.
Parfois quand je pense à ce genre de personne , je me dis que ce qu'on appelle intolérance me semble être plutôt une énorme déficience à l'empathie et à la capacité de se mettre à la place d'un autre. Ces gens qui ont naturellement une place qu'on accepte traditionnellement comme dominante dans la société ( pour parler plus clairement : des hommes en général , et surtout s'ils sont blancs. Mais ça peut changer selon l'environnement , parfois ça peut être la religion qui déterminera la dominance , ...bref !) ont un pseudo-statut privilégié, à partir de là c'est un peu facile quand même de tenir un discours sur le fait que l'égalité n'existe pas ou ne devrait pas exister. Il (ont illusion que) sont sur le haut de la société et aimeraient bien garder les autres sous leurs bottes ça les met en valeur. En fait leurs discours ne sont pas à propos de la place des femmes (ou noirs, ou juifs ou poulpe galactique violet à pois verts etc...) mais de leur propre position à eux dans la société. Je vais avoir l'air de les défendre en le formulant comme ça (alors que vraiment pas -_- ) mais je crois qu'ils s'en foutent un peu que les autres soient inférieurs, leur seul soucis est d'être supérieur.
Mon avis personnel et mesquin à ce sujet est quand même que s'ils doivent compter sur une soi-disant supériorité naturelle de genre-couleur-religion, c'est qu'ils ne doivent pas réussir à s'élever par leurs qualités propre et l'excellence de leurs actions.




Pour en revenir au féminisme en lui même , je suis bien d 'accord sur le fait qu'on ne puisse le voir de façon unifiée. d'autant que par le monde les soucis sont très différents .Un des gros problèmes des femmes africaines par exemple sera l'excision, à titre personnel pour la femme européenne ça n'existe tout simplement pas (mais ça n’empêche de relayer le message pour celles qui sont concernées, hein! ) , ça n'empèche pas la femme européenne d'avoir d'autres préoccupations vis-à-vis de son genre (et je m'arrête à la simple différence d'origine géographique pour ne pas pondre un pavé sur la même idée, mais même réflexion avec les très nombreuses différences culturelles et sociales qui ont leur influence sur la condition des femmes). Surtout que ce n'est pas parce que d'autres n'ont hélas pas encore acquis les droits qu'on a ici qu'il est vain ou présomptueux d'en vouloir plus. De vouloir simplement l’égalité pour tous en fait.
Mais là encore j'ai l'impression qu'on a tendance , comme pour mon paragraphe précédent, à ne voir le problème d'égalité pour les femmes que sous un seul angle, même en incluant le panel de différences liées à l'origine, classe sociale etc... Le vrai (si on peut dire ça comme ça) féminisme doit aussi inclure les hommes.
Comme beaucoup de mouvement de société, le féminisme est quelque chose de très complexe qu'il est déjà difficile d'envisager précisément dans sa totalité . Et là vient le problème des faux combats qui s'ajoutent à la liste et brouillent les pistes. Parce qu'il en existe aussi des faux combats sous couvert du "féminisme" . Voilà pourquoi le terme féminisme fait peur , entre ceux qui ont peur de perdre leur place (majoritairement des "mâles dominants" mais plus étonnamment aussi des femmes qui préfèrent le schéma établi où elles ne sont pas l'égale de l'homme mais où au moins leur place est toute décidée) et certains discours d'une sorte de féminisme déviant et déplacé , il y a de quoi se sentir en terrain glissant quand on évoque ce terme.


:hoo: comme disent les diététiciens: une bonne grosse tarine pour commencer la journée Very Happy (et sur cette blague nulle , je sors)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pacotine.net
Sputnik
Espadon voilé
avatar

Messages : 446
Date d'inscription : 23/10/2010
Localisation : Mars
Materiel de dessin préféré : Col erase, rotring, feutres à eau, photoshop

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Ven 25 Mai - 5:05

Pacotine dit un truc que j'avais commencé à taper dans ma réponse que je n'avais pas terminé concernant le fait d'asseoir sa domination d'homme blanc de classe aisé qui sous couvert de "loi naturelle" tente d'expliquer que l'égalité des sexes est impossible ! Ca me fait plaisir : 3

J'avais écrit ça hier :
Faut dire aussi que depuis plusieurs (dizaines ?) d'années, le discours des féministes est caricaturé et déformé pour discrédité le dit discours, afin de pérennisé le patriarcat ambiant au nom du sacro saint "ordre établi"... Le féminisme n'est pas le seul à être victime de ce genre de caricatures et de déformations de la part de ses opposants, et on peut citer les campagnes de désinformation des créationnistes par exemple ou des opposants des associations athées qui combattent l'obscurantisme (je parle des choses que je connais, mais les exemples doivent s'étendre à de nombreux domaines où s'opposent la recherche et la raison contre des constructions sociales et les sentiments personnels. Cela dit, je dis ça, mais ce n'est pas forcément vrai, c'est du moins ce dont j'ai l'impression au vu de débats dont j'ai pu été témoin. J'irais bien jusqu'à dire que c'est le combat de la connaissance contre l'ignorance, mais ce n'est pas forcément applicable pour tout et ça serait prétentieux de ma part !)

Du coup, je pense que la culture (et les médias... et les détenteurs du pouvoir...) ont un gros rôle à jouer dans ces "je ne suis pas féministe mais..." car ce qu'on met en lumière c'est la caricature de la féministe moustachue-camionneuse, lesbienne par défaut parce que "aucun homme ne veut d'elle" blablabla histoire de ne pas "donner" d'idées aux autres femmes (et aux hommes qui rejetteraient le modèle de virilité - à juste titre d'ailleurs). Bref, ce genre de caricature pour donner l'impression que le féministe est "passé de mode" et "obsolète" a tendance à me saouler ! (je crois que c'est toi Solkee, qui en parlait, et ça m'avait fait réfléchir. Ca m'a aussi donné des arguments à sortir aux gens è__é)

Voilà ce que j'avais écrit hier soir ! J'ai envie de dire un million de trucs en même temps, ça va être compliqué >_<;;

Sinon, pour revenir à l'argument "les hommes et les femmes sont différents, ils ne peuvent pas être égaux" est l'argument qui je crois, me hérissent le plus le poil. D'un côté il y a ceux qui voient cette différence biologique comme une voix naturelle à l'inégalité sociale et de l'autre il y a ceux qui voudrait éliminer ces différences biologiques pour aspirer à l'égalité sociale (et par différences biologiques, j'entends l'enfantement, pas le reste genre force physique et compagnie) et on se retrouve au coeur du problème culture VS nature.
Ce débat m'agace un peu parce que je ne trouve pas que nature et culture s'oppose diamétralement, et j'aurais tendance à voir notre société comme l’émergence des deux (à l'instar de l'individu qui est l'émergence de ses gènes et de son environnement). Ce qui est formidable quand on étudie un peu ce qui se passe dans la nature et que les vaillants défenseurs de l'inégalité des sexes prennent cette même nature pour les appuyer alors que justement, celle ci aurait tendance à leur mettre un bon poing dans la gueule :'D

Je m'explique. Nos plus proches parents les chimpanzés (dont nous sommes aussi les plus proches parents aux dernières nouvelles), sont les seuls primates avec nous à : 1/ se faire la guerre 2/ à ne pas être dirigé par le plus fort mais par le plus persuasif 3/ à être la seule espèce où ce sont les femelles qui migrent à l'adolescence et surtout 4/ dans tous les clans ce n'est pas le cas, et certains clans sont dominés par les femelles.
Mon point est donc le suivant : l'ordre établi homme > femme est le résultat d'un conditionnement social, que ce soit chez les humains ou chez les chimpanzés. Les humains ont connu à certaines époques des clans dirigés par les femmes, en chine et en amérique du nord (et sans doute ailleurs, mais pour ces deux là, j'en suis sûre). J'enfonce une énorme porte ouverte, j'en ai bien conscience, mais malheureusement tout le monde ne voit pas les choses de la même manière.

Certaines études sur la sélection des homo sapiens amènent à penser que le dimorphisme sexuel aurait été sélectionnés par nos lointains ancêtres et leurs préférences pour tel ou tel attribut physique (à vérifier, mais c'est ce que j'avais compris).

Tout ça pour en venir à la chose suivante et je vais paraphraser un peu mes consœurs au dessus, mais les féministes (du moins celles avec lesquelles je suis d'accord) ne veulent pas supprimer ces différences inhérentes à notre espèce sexuée mais aux problèmes sociétaires, culturels et donc modifiables. Le problème, je pense, pourrait aussi remonter à la mentalité judéo-chrétienne qui continue à influencer notre société et l’immobilisme de celle-ci qui a tendance à chercher une loi naturelle et inaltérable alors que la nature est en perpétuel changement. Le changement est naturel en somme. Cependant, naturel ne signifie pas qu'il va évoluer tout seul gentiment avec une destinée préétablie et on sait (j'espère) tous que le vivant n'a pas de destination dans son évolution, et il en va de même pour à peu près tout, sauf si on sait où on veut aller. Et on a de la chance d'avoir un lobe frontal pour ça même si on peut en douter en voyant certains camarades sapiens un peu obtus.
Je pense qu'il y aurait un million de chose à creuser, à affiner, à nuancer voir à contredire, mais l'idée est là >_<;;

Sinon, on parlait des féministes agressives, et je me souviens d'un article qui aurait pu être très intéressant s'il n'était pas chargé de tant de haine envers nos amis à pénis et d'un complet manque de bon sens. Jackpot et Plumy l'ont lu je crois, c'était un article sur l'accouchement et qui expliquait que l'accouchement assise présentait des facilités d'expulsions du bébé, empêchait le bébé d'appuyer sur les artères qui passent dans le bas du dos blablablabla, gravité tout ça, par rapport à l'accouchement sur le dos et jambes relevées qui étaient parfois épuisant pour la future mère. Et là, l'auteur de l'article commence à partir en vrille sur le vol des hommes et des médecins des métiers de sage femme, de la prise du pouvoir sur les femmes jusque dans la mise au monde des enfants et j'ai cru que j'étais en train de lire le délire paranoïaque d'une mal baisée à moustache castratrice ! (histoire de faire dans le complet cliché) Ca jetait un voile sur un pan de l'histoire de la médecine, sur le fait que la position horizontale permettait d'avoir une bonne vue et un bon accès sur les parties génitales en cas de *problème*, pouvait aussi les anticiper et ça oubliait complètement la chute de la mortalité des mères en couche et des enfants qui naissent ! Vous aimeriez, vous, accoucher de manière "naturelle" comme au néolithique sans péridurale, accroupie dans la poussière, vous ? Même sans formation médicale, j'ose pas imaginer le temps perdu à remettre une femme sur le dos alors qu'elle est en plein travail pour l'aider à éjecter son bébé avec des cuillers ou en lui appuyant sur le ventre. Ou pire, si le travail a commencé et que l'enfant se présente par le siège ou le cordon autour du cou.
Bref, tout ça pour dire que la réflexion sur les méthodes d'accouchement était très intéressantes, tant sous l'aspect historique que biologique, mais idéologiquement, ramener TOUS au patriarcat et l'assouvissement des femmes par les hommes, je trouve ça très réducteur. Au même titre, je pense aux travaux de Badinter qui n'a sans doute pas du dire que des conneries mais dont l'idéologie qui ressort de ceux que j'ai lu me file des boutons : par exemple la grossesse et l'enfantement comme une inégalité. A titre personnel, je trouve ça trop-dégueu-pas-pour-moi cependant ben on est une espèce sexué ! On n'est pas des ovipares, faut vivre avec !

Du coup, j'en viens à ce que je vois comme une mauvaise direction du féminisme et qui n'englobe pas nos confrères hommes, c'est celle de confondre égalité sociale, en droits et devoirs et tout ce que cela comporte avec celle de "faire comme les hommes", là où le comportement des hommes est également conditionné à suivre un chemin pré établi tout comme celui que la société impose aux femmes. J'ai même lu un jour (chez Badinter) que les couches culottes jetables était un progrès pour les femmes ! J'ai cru rêvé, comme si les couches culottes qu'on met au cul des mômes était une affaire exclusivement féminine ! Que je sache les mômes ça se fait à deux, même s'il n'y en a qu'un qui porte. Sans parler du fait que l'accomplissement de soi ne se passe que par la carrière professionnelle. J'ai trouvé ça idéologiquement assez douteux, sans parler du fait que c'était extrêmement réducteur.

Je suis un peu partie dans tous les sens, ce topic me donne envie de refaire le monde ! C'est un sujet follement passionnant qui recoupe énormément de domaine, et je me pose énormément de questions sur les genres et l'éducation et j'aimerais bien en discuter !

Tiens, j'en profiter pour poster une conférence du collège de France de Pascal Picq sur l'enseignement de l'évolution et qui parle d'idéologie intégrée !
http://www.college-de-france.fr/site/armand-de-ricqles/colloque_enseigner_levoluti__3.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plasmacake.com
angeloluha
Requin marteau
avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 36
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Sam 26 Mai - 2:57

Ha le côté biologique de la chose, voilà encore un grand pan du problème du féminisme! Au moins sur les trucs très basiques qui ne demandent pas d'accepter la théorie de l'évolution ( et en tapant ceci je me demande si on peut être à la fois féministe et créationniste tellement ça semble tenir à une certaine ouverture d'esprit ..) comme l'accouchement ou la force physique , j'ai vraiment du mal à comprendre comment certain(e)s veulent les ignorer ou passer outre, c'est juste complètement délirant!


Sinon hier, une pub à la tv m'a rappelé quelque chose qui me titille souvent sur la condition féminine et qui en revient pas mal à la même idée que l'histoire des lego.
En gros la pub disait que sur le site d'une chaine de tv belge (luxembourgeoise même histoire qu'on ne devine pas laquelle), il y a une rubrique "elle" avec des astuces de chefs pour la cuisine, des conseils maquillage etc ....
Et là je repense au phénomène "girly" qui se répand de plus en plus. Visiblement à la demande du public féminin, on trouve de plus en plus de choses "pour les filles/femmes" : rubriques sur des sites internet, séries tv, sites communautaires (hello coton pour ne pas le citer en exemple)
bref les femmes veulent se sentir "entre femmes" pour parler de trucs "de femme" , et parait-il que c'est féministe comme démarche .

.... Non mais attendez voir ?! c'est pas du ghetto social ça ? et tout les clichés y sont réunis car les sujets restent partout : mode, cuisine, beauté , travaux manuels ... bref the big cliché de la condition féminine des années 50 ! Sauf que là comme c'est fait par des femmes c'est féministe alors que les clichés sociaux des années 50 c'est une saleté de société patriarcale et c'est mal.
personnellement je me sens assez mal à l'aise face à ce phénomène, d'autant que je ne me sens que très vaguement concernée par les thèmes girly, bien qu'étant femme, hétéro, et pas spécialement garçon manqué toujours pour dire que je ne suis pas un cliché dans l’extrême opposé.

Bref je ne sais pas trop quoi en penser. Je me sens bien plus à l'aise dans la neutralité des genres.
En fait contrairement à ce que prône ce genre de site/magazine/etc.. je n'aime pas me définir comme femme dans la société. Je me vois (et vois les autres comme ça aussi) comme des personnes neutres dont le genre,la couleur, la religion ou les hobby ne font partie que de leur vie privée , même si ces signes sont visibles (ou pas?) de l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pacotine.net
Sputnik
Espadon voilé
avatar

Messages : 446
Date d'inscription : 23/10/2010
Localisation : Mars
Materiel de dessin préféré : Col erase, rotring, feutres à eau, photoshop

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Sam 26 Mai - 21:48

C'est le truc qui me hérisse autant que toi !
Ca me rappelle ce scandaleux "salon de la femme". Après le salon des chiens et des chats, le salon de l'agriculture, le salon de la femme !
Et ça me fait penser aussi à un article que j'avais lu sur tous ces trucs. "l'écologie au féminin", "la voiture au féminin", "gnagnagna au féminin". En quoi l'écologie pourrait être "au féminin" là où elle concerne le monde entier ?! Ah ben l'écologie au féminin, ce sont les petits trucs et astuces pour être plus écolo dans sa maison, avec ses enfants etc. En quoi ça ne concerne que les femmes bordel ?
C'est exactement ce que tu dis Pacotine sur le trip années 50 de la femelle aux fourneaux avec les gamins tandis que le mâle viril et dominant ira gagner sa croute (à la banque de préférence).

Du coup, ça me rappelle une discussion avec une ancienne collègue qui était très partagée vis à vis d'une association qui aidait des femmes à monter leur entreprise. Juste des femmes. Ou bien les festivals de réalisatrices. Ca fait tellement "bon, on va laisser les petites filles jouer entre elles, hein !" PUTAIN QUOI ! Dois-je aussi mentionner les compétitions d'échecs qui ne sont pas mixtes ? (je m'avance peut être en disant que c'est toujours le cas, mais en tout cas y'a 15-20 ans, les tournois n'étaient pas mixtes même si les femmes peuvent s'inscrire aux tournois masculin - l'une d'entre elle le fait, et elle a trop la classe).

Le ghetto social dont tu parles Pacotine, c'est trop ça. Du communautarisme à l'échelle de la moitié de la population ! C'est fou quand même. Déjà le communautarisme, c'est pas terrible, c'est assez symptomatique d'un désengagement social de la part de l'état et les Etats-Unis sont un bon exemple pour ça. Suffit de voir ce que certains états veulent faire subir à la santé des femmes vis à vis de la contraception et de la procréation (parce que c'est bien connu, non seulement elles ne sont que des matrices procréatrices, mais en plus la contraception c'est leur problème, pas celui des mâles).

J'espère vraiment que ce genre de choses ne vont pas arriver jusqu'en Europe, parce que c'est vraiment effrayant ce drastique retour en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plasmacake.com
angeloluha
Requin marteau
avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 36
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Sam 26 Mai - 23:56

Tu fais bien de parler de ces choses de l'esprit qu'on sépare encore selon le sexe.
Pour les choses physiques, ben c'est normal en général une femme est plus faible qu'un homme (je comprend qu'on fasse la séparation en sport sinon les femmes n'y feraient jamais rien à haut niveau, même si dans la vie je trouve que certaines femmes ont la carrure d'un homme et si elle veulent et peuvent faire un travail dur physiquement , on a pas vraiment à leur interdire ou à les décourager . Mais je m'éloigne du sujet)

Tu cite les échecs mais il y a plein d'autres exemples dans ce gout là, de récompenses dans des domaines de création intellectuelle d'auteurEs féminines. Comme si en matière d'esprit les capacités étaient différentes! De nos jour, je ne pense pas qu'il existe encore de tels concours réservés aux hommes, alors pourquoi récompenser des femmes parce qu'elles sont des femmes ?
Même si le but affiché est de les élever plutôt que pour les rabaisser ça reste une façon de les mettre à part , ça ne s’appelle toujours pas égalité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pacotine.net
clefdecristal
Mignonne crevette
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 24/10/2010
Materiel de dessin préféré : Criterium

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Dim 27 Mai - 7:36

J'aime bcp lire ce genre de discussion, car effectivement, ce terme "féminisme" a une connotation négative (de mon point de vue, de ce que je regarde à la tv, des gens que je cotoie) et je trouve ça dommage, car on ne peut nier, comme dit Solkee, qu'on a besoin d'un terme qui pointe le déséquilibre de perception de notre société entre hommes et femmes.
Mon problème à moi face à ce terme est que certaines personnes très sérieuses et cultivées montent au créneau pour "la cause", et que malheureusement, il y a souvent dans leur discours une-deux choses qui me hérissent profondément, et que du coup, je n'ai pas envie d'être mise dans le même panier qu'elles.
C'est bête, je sais, car ces personnes montrent un visage raisonné du féminisme, et qu'on devrait se dire "mieux vaut ça que se faire traiter d'hystérique", mais je peux pas
Je me dis parfois que le féminisme est parfois trop fermé et véhément, pour imiter "les mecs", alors qu'au contraire, le féminisme devrait s'élever pour faire valoir les droits des femmes à l'égalité sociale. Pour illustrer ça, j'ai lu récemment la "boutade" que "les mecs" vont affirmer haut et fort leur opinion, alors qu'ils ne savent pas forcément ce dont ils parlent, alors que "les femmes" n'affirmeront rien tant qu'elles n'acquièrent pas l'expertise qu'elles jugeront nécessaire dans le domaine en question, et donc elles passeront souvent en second. Mais est-ce que ça veut dire qu'il faut copier le comportement caricaturé ainsi? Se la jouer "grande gueule" pour se faire entendre? Au risque de heurter certaines de celles qu'on essaie justement de défendre à force de généralisation et raccourcis? Par ailleurs, les femmes doivent se dé-conditionner des barrières sociétales et culturelles que leur éducation et environnement leur infligent, mais cela passe par l'éducation, l'information et la communication, et de mon point de vue, ces domaines sont loin d'être au point.
Pour ma part, je travaille dans un métier où il y a plutot des femmes (je ne sais absolument pas pourquoi d'ailleurs, car ça touche à l'informatique, qui est traditionnellement masculin), et dans mon service, le leadership est fortement féminin, mais nous avons parfois à collaborer avec des hommes d'autres services qui ont clairement des tendances mysogines. Heureusement, ils ne sont pas nombreux, mais j'avoue que je ne sais pas comment je pourrais travailler avec plus de ces spécimens !
A noter que j'ai aussi travaillé avec des femmes qui m'ont donné envie d'être moi même mysogine (étant elles aussi à des postes à responsabilité), donc j'ai naturellement envie de dire, avec mon "positivisme" naturel qu'il y a autant de cons que de connes (mais oui, je sais, j'ai eu de la chance jusqu'à maintenant, et ça ne fait pas avancer le schmilblick).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
angeloluha
Requin marteau
avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 36
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Jeu 12 Juil - 21:23

Tiens, je relance un peu la discussion à la lecture du dernier article d'Odieux Connard.

pour ceux qui ne connaissent pas il parle souvent de façon assez drôle
de choses touchant au féminisme (entre autres choses bien sûr)


Donc
voilà, il est ici question de la campagne de l'UE pour sensibiliser
"les filles" (oui le mot fille semble vraiment être le mot à choisir)
aux carrières scientifiques : Science: It's a girl thing

Et là on a droit à du code girly étouffant carrément le message , présentant les
sciences comme uniquement une fabrique à maquillage. Parce que ça, ça
fait rêver les filles faut-il croire.
hop la preuve en vidéo : https://youtu.be/g032MPrSjFA

Donc voilà le bon gros cliché : les filles ça glousse, ça se trémousse et pour lui parler de science on lui dira que ça sert à fabriquer du maquillage . Les responsables se justifient par le fait que c'est pour montrer que la science fait déjà partie de leur vie. ( ha ouais , plus que l'ingénérie ? plus que la médecine, les math , etc ... ?)


Pour me prendre à titre d'exemple, on peut facilement me faire rêver d'une carrière scientifique avec des choses plus proches de ce qu'on peut y faire vraiment :
si j'avais eu l'esprit plus scientifique, j'aurais sûrement adoré faire de la recherche en chimie des matériaux , ou en biologie.
Je suis aussi toujours très fascinée par l'exploration et la découverte de l'espace et ce genre de choses.

bon sang c'est tellement plus intéressant que de faire son vernis à ongles maison quoi!!!!!

Enfin voilà je ne sais pas ce que vous en pensez, mais c'est ce phénomène dont je parlais dans mes derniers messages qui me fait penser à un énorme retour en arrière sur l'image de la femme dans notre société.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pacotine.net
Sputnik
Espadon voilé
avatar

Messages : 446
Date d'inscription : 23/10/2010
Localisation : Mars
Materiel de dessin préféré : Col erase, rotring, feutres à eau, photoshop

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Jeu 12 Juil - 21:57

Je l'avais vu y'a quelques temps celle là et ça m'avait plongé dans des méandres de haine et de colère. Voici ce que j'avais posté sur Facebook :

Citation :
Quelle bonne idée ! Encourageons les jeunes filles à se diriger vers des filières scientifiques. Mais uniquement dans la recherche pour les cosmétiques, faut pas non plus bouleverser l'ordre du cosmos hein ! La recherche médicale, la génétique ou l'astro-physique, c'est un truc sérieux de mâle ! Et c'est financé par l'Europe en plus ?! Ca se veut progressiste mais ça se vautre dans un sexisme qui renvoie la XX à son saint cosmopolitain comme si elle n'était capable de rien lire d'autre. Putain mais quel est le trou de balle qui a pondu cette horreur sexiste qui croit que pour attirer la femelle en filière scientifique, il fallait faire un stop bêtifiant digne de la pire pub pour les serviettes hygiéniques.

et sur livejournal :
Citation :

Au détour d'un tweet, je tombe sur celui de Maitre Eolas postant une vidéo avec le commentaire suivant : Oh mon dieu. Cette horreur sexiste est financée par l'UE.

Curieuse, je clique et tombe sur ça : https://www.youtube.com/watch?v=oZtMmt5rC6g&feature=youtu.be

Pour ceux et celles qui en regardant du coin de l'oeil penseraient qu'il s'agit d'une pub pour les cosmétiques, il s'agit en réalité d'un spot pour encourager les jeunes filles européennes à s'engager dans le domaine des sciences. Si la page internet de la campagne d'information
s'adresse aux femmes avant tout comme à des êtres humains : http://science-girl-thing.eu/6-reasons-science-needs-you qui me parait être un moyen pour réduire l'auto-limitation des femmes
dans certains domaines (même si certains aspects de la page home me fait un peu lever les yeux au ciel, mais je préfère pas non plus trop cracher dans la soupe), ce spot est sexiste, bêtifiant et ridicule au possible !

- D'abord, t'as les meufs qui arrivent façon manequins de defilé, en mode offencives, comme si elles arrivaient en territoire hostile et inconnu. Le seul mec du clip les voit arriver et semble surpris et curieux, comme si des femmes dans un laboratoire était une
chose bizarre. Ca commence bien.
- Ensuite t'as un parallèle entre les bechers et les fioles avec des produits de maquillage. Alors certes le maquillage est avant tout une affaire de femelle, mais ça semble dire que les femmes dans les sciences = l'occasion de pouvoir faire ses produits à maquillage de rêve HIHIHIHIHIHI LOL !
- Le labo transformé en boîte de nuit où les filles dansent comme dans une pub pour les
serviettes hygiéniques. WHAT THE FUCK. Ca renvoit une image de ces femmes superficielles, promptes à faire la fête et à s'amuser, genre "les sciences aussi peuvent être funky !" "allons mettre du pétillant dans l'austérité des laboratoires tristes et sérieux des hommes, hihihi !" ... wouaaaaaaaaaaaaaaa !
- Absence totale d'objet symbolisant les sciences au delà de la recherche en cosmétique. Génétique ? Astronomie ? Agro-alimentaire ? Aeronautique ? Que dalle.
- Le slogan de fin, on aurait dit une parodie de TGS with Tracy Jordan, l'émission de télé dans ma série d'amour 30rock. Je suis sûre que si Tina Fey voyait ça, elle se bidonnerait et en ferait une parodie bien corosive.

FRANCHEMENT LES GENS.

FRANCHEMENT.

Et aller, tartinons-nous la gueule de sexisme ! Continuons à véhiculer que les filles, c'est juste bon pour le maquillage et la mode, jusque dans le domaine des sciences ! Ne chamboulons surtout pas l'ordre du cosmos où on laisse les sujets "superficiels" aux femmes. Je suis presque étonnée de ne pas voir vu des femmes s'occuper de bébés ou plancher sur
le développement d'aspirateur ou de produits ménagers. Après tout, la femelle se doit d'aider ses consoeurs dans leur travail quotidien de ménage et d'élevage de progéniture, c'est un peu son but dans la vie après tout ! (et surtout pas un boulot à partager avec les mâles, eux ils s'occupent de faire les vaccins et étudier les étoiles)

Ca m'énerve de voir qu'à chaque pas vers l'égalité des sexes qui fait, c'est comme si on reculait de 3 ensuite, en faisant bien attention à se crotter la chaussure dans une merde de clichés tout genre confondu.

D'ailleurs je viens de voir que j'avais oublié de répondre au commentaire de Solkee alors que j'avais des choses à dire é_____è
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plasmacake.com
Solkee
Ebi-chan
avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 05/10/2010
Materiel de dessin préféré : ctrl + z

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Jeu 12 Juil - 22:02

Ce qui est rassurant à l'inverse c'est de constater à quel point la vidéo a fait un tollé (sur YT, le nombre de "j'aime pas" est écrasant et tout le monde l'a descendue...)
Au point que je me suis demandé à un moment si ce n'était pas fait exprès, le truc bien provoc pour faire le buzz et attirer de vraies scientifiques sur la vidéo qui gueulent "mais n'importe quoi ! ", montrant au passage que les femmes scientifiques ça existe vraiment et qu'il y en a même sur internet.

Ca me fait penser à ce billet de blog posté récemment aussi : Girly is the new débile ou comment l'étiquette girly est devenue à la fois dévalorisante... mais aussi comme le souligne le troisième commentaire, un argument marketing d'une grande efficacité (avec toute la pertinence et la bonne foi qui transpirent des constructions marketings en général, n'est-ce pas.)
L'UE a voulu utiliser le marketing girly en oubliant au passage le fait qu'il est aussi vécu comme dévalorisant par nombre de femmes qui ne s'y reconnaissent pas, et en particulier les scientifiques qui sont dépeintes ici de façon complètement irréaliste. Raté ? Sauf si le but était de provoquer pour attirer l'attention sur l'initiative, car pour le coup ça l'a attirée : pas sûre que la vidéo aurait été vue près d'un million de fois en trois semaines sur youtube si elle n'avait pas été aussi à côté de la plaque. Personnellement c'est parce qu'elle a circulé sur des blogs de gens outrés (je crois d'ailleurs que c'est sur le tien Kima que je l'ai vue en premier Wink ) que j'ai eu connaissance de l'existence même d'un projet européen pour promouvoir les femmes dans les sciences.

Hélas j'ai quand même du mal à croire que c'était l'effet attendu ^^;...

Au passage ce post de blog et le lien qu'il contenait m'a aussi fait prendre conscience que j'étais la première à m'auto-descendre dans mes présentations de site... Je vais revoir ma copie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laquarium.forumactif.com
angeloluha
Requin marteau
avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 36
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Jeu 12 Juil - 22:18

En fait je pense vraiment que ça loupe un truc côté marketting.

Ok ça fait le buzz en choquant les gens et ça fait circuler la vidéo.
Jusque là on obtient quoi? une vidéo révoltante connue et point final.
Rien , absolument rien pour susciter l’intérêt pour les sciences.
Seuls les gens déjà attirés par ce domaine viendront à y penser face à cette vidéo, les autres seront uniquement touchés par l'énorme problème d'image de la femme.


Si c'est un buzz calculé c'est raté , et si c'est pour profiter du marketing girly c'est raté aussi.

Je me demande vraiment comment cette vidéo a été conçue. Il y a un mec (ou une nana , mais franchement je préfère encore penser que c'est un gros misogyne qui a pondu l'idée parce que sinon c'est trop la honte pour la meuf!) qui a été sortir l'idée , ça a été validé, tourné , distribué .... et personne dans tout ça n'a trouvé qu'il y avait un problème : où est l'accroche pour les sciences ?
Outre le problème féminin , et quelque soit la façon dont on peut envisager le message : buzz volontaire, 35e degré que personne n'a décelé ou autre : on parle de la femme oui, mais toujours pas du but même de la campagne : attirer les gens vers les études scientifiques.

alors pourquoi cette vidéo ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pacotine.net
Plumy
Otaking
Otaking
avatar

Messages : 1364
Date d'inscription : 05/10/2010
Localisation : Endsville
Materiel de dessin préféré : Encres et aquarelle.

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Lun 16 Juil - 17:31

Ah oui, cette vidéo m'a fait rager mais j'ai pas pensé à en parler ici. En fait ça me désole tellement que je sais pas quoi en dire -_-/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://about.me/little_yokai
Sputnik
Espadon voilé
avatar

Messages : 446
Date d'inscription : 23/10/2010
Localisation : Mars
Materiel de dessin préféré : Col erase, rotring, feutres à eau, photoshop

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Jeu 19 Juil - 22:47

Si les marketeux de mes fesses ont voulu faire un buzz pour réveiller les féministes, non seulement c'était débile, mais en plus c'est quand même jeter de la bouse sur un projet qui était à la base intéressant.

Après, ce que je pense de certains marketeux hein...

Sinon, petit pas dans le sexisme affligeant de la presse féminine :


...

Ddans ces magazines hétérocentrés et certainement pas à l'adresse d'un couple de mâle comme moi ce titre pourrait trouver une certaine pertinence, en quoi la pipe serait plus liant qu'un cunni ? Pourquoi ne pas titrer "le sexe oral, ciment du couple" ?

J'aimerais bitcher aussi bien que Maia Mauzette présentement qui est bien plus cultivée que moi en matière de sexe, et puis je n'ai pas lu l'article, mais ce titre me parait véhiculer :
1. l'idée que le mec va continuer à te kiffer uniquement si tu le suces et que si t'aimes pas ça, va falloir te forcer si tu veux le garder (rien que d'écrire ça, j'hallucine complètement). Pire, que l'oral sex, c'est un peu dégradant, mais bon, faut bien y passer (mais y'a que la fille qui va se forcer, pas le garçon, évidement*).
2. que le sexe est le ciment d'un couple. Je suis peut être naïve et même si je pense que ce genre de chose est importante dans un couple, qu'est-ce que le sexe à côté du respect mutuel, de la bonne entente, de l'émulation intellectuelle et la complicité ? Les relations sexuelles ont besoin de toutes ces choses aussi, mais il y a tellement à côté aussi !
3. Que tu peux sauver ton couple à coup de bite dans la bouche. WOOOOOOOOOOOOOOW. Ou que tu peux faire ce que tu veux de ton mec si tu le suces. On oublie le côté dégradant pour entrer dans la manipulation par le sexe, ce que véhicule la société comme "pouvoir des femmes". Le pouvoir des femmes, c'est leur sexualité. GG.

Dans le titre c'est indiqué qu'il s'agit de témoignages. Je me demande bien de quoi il retourne : "je ne suçais pas mon mec, et à partir du moment où je l'ai fais, notre couple qui battait de l'aile s'est vu sauvé", "depuis que je suce mon mec, j'en fais ce que je veux" ?
Dans tous les cas, je suis assez perplexe.

Messieurs du forum, j'imagine que vous aimez bien les petites gâteries, qu'en pensez-vous ? Je n'aime pas trop interpellez des gens parce qu'ils ont certains organes génitaux, mais ce genre de torchons s'adresse à des mes compatriotes dotées d'un vagin, et j'aimerais bien connaître l'opinion de personnes dont ce genre de merde n'est pas la cible, surtout que j'imagine que vous autres n'êtes pas des benêts se vautrant dans la machisme :'D


*Je ne dis pas que monsieur devrait se forcer alors que ça ne lui plait pas, mais que si madame c'est pas son kif, en aucun cas elle ne doit se forcer. Et que je ne trouve pas ça dégradant du tout, les gens font ce qu'ils veulent blablabla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plasmacake.com
Edward
Shonen Bat
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 20/10/2010
Age : 36
Localisation : dans la guimauve
Materiel de dessin préféré : feutre noir

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Ven 20 Juil - 0:10

en tant que mec ? ce genre de titre sur une couv people me choque un peu aussi, mais une fois de plus me fait râler aussi sur le fait que ça ne choque que maintenant que ça touche les femmes. Car même si je n'ai pas d'exemples sous la main, j'ai vu un nombre incalculable de fois sur ses mêmes affiches des titres annonçant les conseils à donner à son mec pour atteindre l'orgasme. Et donc un nombre de fois incalculable où les nanas se voient bourrer le crâne avec l'idée que le sexe ne vaut que si le mec arrive à procurer l'orgasme ultime, et donc vont lui foutre une pression pas possible à chaque calin, et donc ce dernier ne vaudra plus une thune puisque comme le dit le proverbe : pénis stressé, pénis caché.

Maintenant, si on en oublie cet aspect qui m'embête toujours un peu, je suis bien d'accord sur tout ce que tu dis Kima, en ce qui concerne une liaison amoureuse réduite à "si tu suces bien, ton mec restera avec toi". C'est malheureux à dire, mais ça doit être le cas dans certains couples, en effet... mais dans ce cas là, ça n'est pas plus mal qu'ils cassent. Peut-être qu'ils auront plus de respect envers eux-mêmes et leur conjoint dans leur prochaine relation^^"

Et pour ce qui est de l'égalité dans le sexe oral, je suis encore en cas d'étude. Car si je confirme que se faire faire une gâterie est très agréable et complémentaire au reste du sexe (sans être totalement indispensable), je ne suis carrément pas à l'aise de mon côté pour les cunnilingus. Je manque sûrement encore d'expérience, et je fais un petit blocage, donc dur de témoigner sur les faits, mais par contre, je tiens à dire qu'à partir du moment où on respecte l'autre dans le couple, les mecs aussi ont la volonté de faire du bien à leur chérie à coup de langue. La pipe est plus répandue, car les couples construits sur le machisme sont encore très nombreux, mais dans les couples que je qualifierais de "normaux", je pense que ça marche dans les deux sens.
J'espère qu'une résolution à mes petits blocages me confirmera ça à l'avenir^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r.edward.free.fr/
angeloluha
Requin marteau
avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 36
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Ven 20 Juil - 0:23

Là où moi ça me fait tilter un peu c'est que comme tu dis c'est formulé comme si c'est à madame de se forcer un peu ou de faire l'effort , dans ce cas je me demande bien en quoi c'est un "ciment du couple" que 'lune ou l'autre partie ait à se forcer pour le bon plaisir de l'autre. Je pense que c'est même carrément destructeur pour un couple que d'aller se créer des frustrations ou une impression de soumission/dévalorisation .
Après, les plaisirs mutuels (et pas que sexuels en fait) bien sûr que ça fait marcher le couple mais bon, c'est un peu enfoncer les portes ouvertes que de dire ça quand même!

Mais voilà c'est encore un article racoleur de la presse féminine ça. Genre "hihi on va trop briser les tabou à parler de sexe , mais on va quand même te rappeler ta place de femelle"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pacotine.net
Edward
Shonen Bat
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 20/10/2010
Age : 36
Localisation : dans la guimauve
Materiel de dessin préféré : feutre noir

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Ven 20 Juil - 0:27

"ta place de femelle"... je suis même pas sûr que ce soit fait avec cette intention là. J'imagine bien la possibilité que ce ne soit une façon de dire qu'avec "juste" une petite pipe, on peut leur faire faire n'importe quoi à ces mecs. Qu'il s'occupe donc un peu plus du ménage et de la bouffe, et peut-être que je le sucerai... un truc dans le genre... moi, je pense que tellement de nanas voient les choses de cette façon que ça me parait crédible... malheureusement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r.edward.free.fr/
angeloluha
Requin marteau
avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 36
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Ven 20 Juil - 0:51

Je pense que tu ne te rends pas vraiment compte de la place de la femme dans la presse féminine justement.

On en revient beaucoup à ce phénomène de retour en arrière sur le condition de la femme. Les magazines féminins vendent à la femme une fausse liberté. On lui bourre dans la tête que sa liberté c'est de se préoccuper de son maquillage, de son petit mari, de ses gosses et de sa maison. Et on veillera bien à lui définir son petit périmètre de liberté.
Déjà rien que le fait que ça s'adresse à des femmes hétéro , et souvent en couple stable , ou aux célibataires à la recherche du couple stable . Les mœurs libres ne sont que très rarement abordées dans ces magazines, et si elles le sont ça reste confiné aux célibataires en recherche d'un coup d'un soir.
Bref ça reste dans l'idéal cliché mais comme ça fait trop guimauve , on fait mine de faire dans le subversif en parlant de sexe , et carrément de pipe (olala elle a dit "pipe" han comme c'est trop une rebelle!) mais pour au final en revenir toujours au même schéma sexiste et cliché de la femme soumise épanouie dans sa vie de femme-épouse-maman .

Tiens un petit article sur les méthodes en particulier de psychologies magazine : http://www.acrimed.org/article3816.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pacotine.net
Sputnik
Espadon voilé
avatar

Messages : 446
Date d'inscription : 23/10/2010
Localisation : Mars
Materiel de dessin préféré : Col erase, rotring, feutres à eau, photoshop

MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   Ven 20 Juil - 2:44

HA PUTAIN

Après la lecture de cet article, je sens tiny hulk au fond de moi qui essaye de sortir et défoncer la tronche d'un des rédacteurs de Psychologie Magazine (ou Elle ou carrément Eric Zemmour himself)

C'est moi ou c'est devenu trendy de dire que "bon, voilà, l'égalité des sexes c'est bien joli, mais on est différent lol !" et confondre égalité sociale en droits et devoirs avec le gommage des différences biologiques (au sens complémentarité du fait de notre mode de reproduction).

L'autre jour je parlais féminisme avec mon père et il me disait que la manière dont on a tendance à se moquer des féministes est qu'on les reconnait une certaine légitimité. C'est un point de vu que j'ai trouvé intéressant sans pour autant être d'accord et je lui ai répondu que si on s'en moquait, c'est qu'on ne les sentait pas dangereuses. On se permet de se moquer des féministes ou des gays, mais on ne se permettrait pas de se moquer d'un noir ou d'un juif (enfin, pas sans se prendre une levée de boucliers bien mieux couverte médiatiquement). On se moque des féministes comme si leur combat était obsolète et qu'elles ne font pas grand chose et surtout pas peur.

C'est quoi cette période super réac que nous sommes en train de vivre ? Certes, sur certains points ça avance, j'ai l'impression qu'on se vautre dans un patriarcat étouffant à grand renfort d'endoctrinement. Sans parler de la montée du communautarisme et du politiquement correct.
Si je devais faire une touche de politique, je dirais que tout ceci pourrait être un écho à l'ultra-libéralisme mais je m'avance un peu :'D

On a pas le cul sorti des ronces les amis.

Cela dit, je m'interroge : on réalise combien les femmes subissent un tel matraquage, on appelle nos consœurs à se rebeller contre celui-ci, mais qu'en est-il du matraque subit par nos confrères à pénis ? Certes la société est patriarcale, mais cet endoctrinement se fait à la fois sur les hommes et les femmes.

Du coup, j'aimerais bien lire les pendants masculins de cette presse féminine, si elle conditionne les mâles à être des individus à l'émotion binaire (envie de manger/envie de baiser), à dominer (leurs pairs, leur femelle) et autre. J'avais déjà lu des articles de ce genre et c'était super intéressant (et je m'étais beaucoup reconnue dedans :'D).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plasmacake.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le féminisme, le mot qui fait peur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le féminisme, le mot qui fait peur
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'aquarium :: Discussion générale :: Le mode ON-
Sauter vers: